AABRA _ ATELIER ARTISTIQUE DU BITUME RECHERCHE APPLICATION
L'AABRA 
  • Texte Fondateur de l'AABRA 
  • AABRA, qui sommes-nous ? 
  • Michel Petrier 

  • Recherche et Application 
  • Cavalox 
  • Système Aspha-Alpha 
  • Système Brise-Vagues 
  • Urnes Funéraires en bitume 

  • Oeuvres Artistiques 
  • Autoportrait à la coquille 
  • Pétro Joconde 
  • Bitume Eternel 
  • Amalgame de bitume 
  • Mégalithes Bitumineux 

  • Célébrités et Bitume 
  • Eirini d'Eyrinys et le Bitume 
  • Salvador Dali et le Bitume 
  • Yves Klein et le Bitume 

  • Le Musée du Bitume 
  • Texte fondateur 
  • Happening 
  • Vidéos du Musée du Bitume 
  • Photos du Musée du Bitume 
  • Collection privée du Musée 
  • Musique 
  • Expérience Goutte de poix 
  • Applications techniques du bitume 

  • Vidéos 
  • Emissions TV 
  • Court Métrage 

  • Partenaires 
  • Liens partenaires 





  •   Texte fondateur


      TEXTE FONDATEUR POUR LA CREATION DU MUSEE DU BITUME

     

    Tout d'abord il me semble important de redire que les peuples vivent depuis le début du siècle dernier sous l' influence sans cesse grandissante de cette matière qu'est le bitume.

     

    Notre époque actuelle en porte l'archaïque estampille. Habitant de la terre nous polissons cette matière de façon quasi-quotidienne. Omniprésente elle accompagne nos déplacements. Pratique et confortable, elle est irremplaçable.

     

    Le bitume fait partie de l'environnement, tellement présent, tellement famillier et pourtant méconnu. Il est une lumière noire qui bouillonne sous nos pas et que nous refusons de reconnaître en tant que telle. Matière première plus que toutes, le bitume associé au pétrole est la matière la plus échangée à travers le monde aussi bien en tonnage qu'en volume. Elle est notre pain quotidien. Son commerce est des plus rentables financièrement, dans la sphère de l'économie mondiale elle est reine. Première également en ce qui concerne la quantité de produits manufacturés qui en découlent et le nombre de ces applications. Rares sont les activités humaines qui lui soient étrangères.

     

    Avant l'âge du bronze, du fer et des métaux en général, il y avait l'âge du bitume. Des vestiges de l'époque de la préhistoire l'attestent en Mésopotamie dans les applications premières que sont l'étanchéité et le scellement. Dans cette contrée où naquit l' écriture cunéiforme le bitume était déjà à l'oeuvre, associé à l'argile pour construire la base naissante de la sédentarisation humaine, de l'urbanisation.

     

    Sa perception reste très forte aux yeux des peuples d'autrefois. Le bitume est relié aux divinités puissantes : il est eau et feu, purifiant et protecteur, relié à l'initiation, il est la porte, le passage, il en est l'emblème. Dans l'Ancien Testament, après la glaise de laquelle Dieu façonna Adam, le bitume (associé au bois de résineux et aux roseaux) est la première matière citée. Elle est élevée sur les eaux du Déluge Biblique pour recouvrir et ainsi protéger l'arche de Noé, le Germe de Vie.

     

    La couleur noire du bitume c'est la couleur des origines, le post-natal de la vie, symbole de fécondité. Sa nature informe combinée à sa noirceur rappelle visuellement les flots de l'Abîme, la materia priméa d'où s'éveilla le monde.

     

    Quelle autre matière peut se prévaloir et prétendre à juste tritre à une suprématie sans pareille dans bon nombre de domaines? Pourtant elle reste paradoxalement reléguée au rang des résidus, écartée des matériaux nobles.

     

    Au regard de l'existant muséal morcelé, disparate, référencé de façon anecdotique, sa présentation au public révèle de quelle façon le bitume est dénaturé ôté de sa substance. La création du Musée du bitume s'impose comme l'alternative didactique qui restitue la nature profonde et fécondatrice du bitume.

     

    Et puis pour argumenter autrement, à notre époque où la valorisation du patrimoine va bon train depuis le début des années 90 en exemple : la restauration des monuments historiques, de la route de la soie, du sel, des épices, la reclassification de friches industrielles... Un juste rattrapage est bien l'édification d'un Musée du Bitume où les fruits nombreux que le bitume a engendrés sont exposés, témoignant de ses premières manifestations auprès des hommes de la préhistoire et jusqu'à nos jours.

     

    En suivant sa trace dans les péripéties de l'histoire, en suivant sa transversalité pénétrante dans les domaines des sciences, des techniques, des arts, des religions, traditions, folklores... le Musée du Bitume vient combler un manque et restitue la noblesse du patrimoine bitumineux.

     

    Le Musée du Bitume expose en ses murs : peintures, sculptures, photographies, reportages, gravures, textes, ustensiles, objets, machineries...

     

    En son coeur rayonne le bitume antique : des objets de cultes et ustensiles sculptés dans le bitume, provenant de la Mésopotamie, de l'Egypte, de la Mer Morte, de l'Amérique du Sud... de la France Gallo-Romaine, ainsi que des textes gravés en lettres cunéiformes où le bitume est cité, les cartes des routes anciennes du commerce du bitume qui alimentent de multiples applications au moyen Orient, les légendes, traditions, folklores, mythes auxquels il se rapporte.

     

    Un espace est réservé au 19ème siècle qui est un moment important car nous assistons au retour du bitume après deux millénaires d'absence dans l'environnement humain : la première photographie de Nicéphore Nièpce, l'étanchéité des bassins du château de Versailles , les premiers revètements de chaussée en bitume, les premiers jaillissements de pétrole de Bibi-Eybat en Azerbaïdjan, celui de Oil-Creek en Pensylvanie, la première concession pétrolière en Alsace, l'environnement de ces premières exploitations , la lampe à pétrole, les derricks, les têtes de cheval, les arbres de Noël...

     

    Un espace présente la route d'aujourd'hui. La route avec ses infrastructures, du petit chemin goudronné aux autoroutes, les grands travaux routiers, les machines mythiques de la construction des routes : finisher, rouleau compresseur... Présents aussi les modes de transport : camion citerne, tanker, pipeline... sans oublier les sports mécaniques.

     

    Les artistes contemporains sont présents dans le dispositif du Musée du Bitume. Certains artistes plasticiens ont choisi pendant un temps le bitume comme base d'expression. Je cite les plus connus : Tapiès, Dubuffet, Salvador Dali, Soulages... Mais aussi les artistes comme Hedward Hopper ont peint la ville, les paysages routiers, les stations services, les automobiles... Et encore les artistes du Pop-Art et ceux rattachés aux mouvements artistiques urbains dont Michel Pétrier fondateur du Musée du Bitume.

     

    Un espace est réservé à la géologie et à la prospection : échantillons de roches et d' huile minérale. Sont également exposés les portraits des principaux prospecteurs, chimistes, inventeurs, magnats.

     

    Le Musée du Bitume contient en ses murs un centre de ressources avec bibliothèque et cinémathèque où sont réunis les ouvrages écrits, photographiques et filmiques. Archéologues et naturalistes comme Aristote, Buffon... écrivains poêtes comme Alexandre Dumas, Victor Hugo... témoignent d'une abondante littérature en rapport avec la thématique des bitumes.

     

    Trois espaces détente : une cafétéria avec une spécificité culinaire, le "gigot au bitume". La boutique du musée avec des objets souvenirs estampillés "Musée du Bitume" et un atelier d'art plastique de façonnage du bitume.

     

    Assurément pour mener à bien la construction du Musée du Bitume, non virtuel, la recherche d'un financement est à l'étude: auto-financement, subvention, souscription, donation, parrainage.

     

    En attendant, le Musée du Bitume présent sur la toile existe virtuellement et L'Atelier Artistique du Bitume Recherche Appliquaton (A.A.B.R.A.) continue d'alimenter sa collection.

     

    M.P.2013

    Michel PETRIER, le 7 juillet 2013.


    Texte fondateur sur AABRA © 23/09/2017 - Site du réseau Site Artisan réalisé par Easysite Pro